AUDIO TONIC RECORDS presents MIAMI SAMPLER 2012



Au Moyen-Orient il n’y a pas que du sable et du thé … la house a une place de choix et Dubaï n’est pas en reste …

On n’attendait pas forcément Ian Pooley sur un label oriental basé à Dubaï. C’est pourtant sur le Miami Sampler d’Audio Tonic Records que vient de sortir ce “Read My Mind” diablement efficace et tout en musicalité. Servi par une basse ronde et groovy, des voix incantatoires mais discrètes et un feeling général à la fois deep et très dancefloor, nul doute que ce track a mis le feu à la Winter Conference. Les envolées de synthé à la Jovonn qui couvrent la fin du morceau lui apportent une fraîcheur assez old school, dans la tendance d’une house qui se tourne ces derniers temps vers ses racines.

Audio Tonic est au départ une émission de radio, puis une soirée hebdomadaire au club 360 de Dubaï, des sunset sessions commençant à quatre heures de l’après-midi avec une vue époustouflante sur la mer rouge, élue “Best House Music Night” par Time Out en 2011. Audio Tonic est désormais également un label qui édite quelques morceaux de ses innombrables guests internationaux, comme Funk D’Void, Jimpster ou Spirit Catcher.

Evidemment, pour un berlinois d’adoption Dubaï ne semble pas vraiment un paradis underground, mais plutôt une machine à sous. Si “Read My Mind” est indiscutablement à sa place sur un dancefloor jet set, le tour de force est qu’on l’imagine aussi bien au fin fond d’un warehouse new yorkais sentant la sueur. C’est toute la force de ce genre de morceaux, un côté fédérateur qui réunit à la fois les fashion victims superficielles qui ignorent sans doute tout du travail de l’artiste avec Jazzanova et les adeptes d’une musique électronique plus radicale et confidentielle, collectionneurs de NRK.

Les autres titres du sampler sont moins efficaces mais intéressants, le “Sweet Spot” de François Dubois est plus rapide mais plus planant, le “Yeah Yeah Yeah” de Vincenzo assez funky à 122 bpm, suivant cette tendance actuelle au “pitch down”, parfait pour l’apéro face à la mer, enfin le “Dreamer” de Raxon présente un son bleepy, un peu cheap sur une production globalement classieuse.




Chronique réalisée par Christophe Chom’s

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s