MIDWEEK / RENNES



Rennes est une ville qui possède un vivier incroyable de passionnés de musiques électroniques. Soirées et collectifs défilent au gré du temps, et si l’année dernière ce sont les associations Midi Deux et Crab Cake qui ont donné une touche nettement plus housy au paysage rennais il faut compter cette année sur Midweek. Avant leur premier coup d’envoi le 11 avril prochain il est temps d’en découvrir un peu plus sur ses fondateurs avec cet interview.


Salut les garçons, merci de me recevoir sur la terrasse du Chantier avec ce soleil. Première question pour démarrer cet interview, une question assez basique : pourquoi avoir choisi de créer une nouvelle association ?

Ca fait assez longtemps qu’on se posait LA question !!
Régulièrement on voyait de nouveaux collectifs apparaitre sur Rennes et qui étaient assez actifs. Notre souhait étant de participer à cet effort collectif pour la reconnaissance des musiques électroniques, on s’est enfin décidé à se monter en association. De plus, le Pym’s nous a offert cette opportunité d’organiser des soirées en son sein, du coup, ça a accéléré notre création.

Quel est le pitch de la création de Midweek ?

On voulait d’abord organiser des soirées au Bar’Hic puisque c’est à peu près le seul lieu alternatif de Rennes avec un effort de programmation et des horaires intéressants, donc de faire des soirées plus longues. Après le truc c’était de monter des soirées qui se dérouleraient assez souvent avec un artiste à inviter un peu plus connu tous les deux mois. Mais ça ne s’est pas fait pour diverses raisons. Et puis au final, on avait l’impression de canaliser beaucoup d’énergie dans ce projet pour un retour assez faible au vu des investissements. C’était un peu se mettre des bâtons dans le roues avant de démarrer…

L’idée c’était de tabler sur des « jours en friches » comme le dimanche, des jours où on a plutôt tendance à rester chez soi. Un de nos membres a lu un magazine électro (Tsugi, ndr) et a tilté sur une phrase de Dactylo, programmatrice du Petit Social à Paris, qui parlaitavec ces termes : « Midweek is the new week-end ». L’idée d’exploiter le mercredi s’est avérée intéressante, toujours dans l’esprit de se démarquer des autres, avec pourquoi pas un lieu qui ne soit pas habitué aux événements électro. Nous avons appris le changement de direction artistique du Pym’s avec un nouveau soundsystem et la volonté de changer leur image : en clair ne plus être considéré comme une discothèque mais comme un vrai club, avec une programmation et des événements différents de ceux proposés dans les principaux lieux dits « mainstream ». Nous avons rencontré le directeur artistique, on s’est tout de suite sentis compris et soutenus, ce qui souvent n’est pas le cas. De plus nous avons carte blanche pour faire ce qu’on veut, donc c’est extrêmement positif.

Pour ce qui concerne les membres, quels sont leurs atouts ?

Déjà nous avons tous des lunettes (rires) ! C’est vrai !
Nous sommes 4 et nous ne sommes pas de la même génération, du coup les discussions qu’on peut avoir sont constructives car différentes. On a tous envie d’aller loin, parfois on se prend la tête mais au final la mayonnaise prend et on arrive à se mettre d’accord parce qu’on ne lâche pas l’affaire. Il y a parfois des moments de craquage car on veut régler un problème au plus vite. Mais si tout était simple nous n’en serions pas là aujourd’hui.

Comment allez-vous vous démarquer sur le plan musical ?

Ce qui compte pour nous c’est de faire jouer des artistes que l’on aime, c’est de là que vient le partage musical, on veut juste faire voyager le public et lui apporter de la nouveauté. Le Loup est en pleine évolution, Jef K a des années d’expériences derrière lui et leurs Dj set sont pleins d’energie. Pour le coup on s’oriente vers de la House/Deep house , un style bien particulier avec des vocaux chaleureux, des basslines intenses, une musique qui va faire groover le public !!
On s’est beaucoup investi pour cette première soirée, on pense s’être entouré des bonnes personnes et on les remercie d’ailleurs de leur soutien !

Quel style de public souhaitez-vous approcher ?

Pour notre première soirée nous sommes impatients de voir le public qui sera présent. On espère évidemment voir ceux qui aiment l’électronique, mais aussi ceux qui ont envie de la découvrir. Du fait de la législation, les mineurs ne pourront pas entrer…. Sinon, on accepte tout le monde, les passionnés comme les curieux ou les gens venus par hasard. La seule limite étant la capacité de la salle. Il n’y aura pas de filtrage, les gens découvriront l’ambiance par eux-mêmes. Et bien sûr, aucun filtrage au niveau du look!

On pense être assez représentatifs du public qu’on souhaite faire venir. Nos différences (age, culture, expériences…) sont autant d’atouts qui, mises en commun, influent sur nos choix artistiques, et donc, refléteront les goûts de notre public. D’un point de vue générationnel, ça rend les discussions beaucoup plus intéressantes.


Quel est votre point de vue sur la scène électronique rennaise ?

La scène électronique de Rennes est en nette évolution : il y a de plus en plus de collectifs qui se créent, qui montent, et pour eux les choses s’affirment suivant l’organisation qu’ils ont décidé d’entreprendre.
Ce mois-ci il y a eu d’énormes soirées : Carl Craig à l’Espace, la deuxième Midi Deux, la quatrième Crab Cake, une autre Fake, avec des plateaux d’envergure et de qualité.… Elles ont quasiment toutes été complètes, ce qui montre l’envie du public de faire la fête.
On peux aussi citer les soirée Open Fader et les Twisted Session qui oeuvrent dans d’autres styles musicaux, mais qui font des propositions de qualité..
Ces nouvelles structures montrent qu’il y a de la place pour de nouveaux formats et qu’il y a un public attentif et curieux.
La prise de risque existe mais si le travail de communication est bien établi, le bouche-à-oreille se fait très vite.

N’était-ce pas plus simple pour vous de démarrer par des soirées dans les bars?

Il y a un énorme décalage entre le fait de créer des événements de ce type et les soirées plus « locales » entre passionnés de son dans les multiples bars rennais. C’est plus difficiles à organiser car, en terme de budget, le retour sur investissement n’est pas le même. Si tu invites un guest à 500€ ou 1000€, tu ne peux pas te permettre en tant qu’organisateur de faire payer une entrée à 8€ ou 10€ dans un bar, même si c’est un bar de nuit …
On aurait aimé le faire, mais du point de vue économique, on n’a pas envie d’être en déficit dès notre première soirée.. Peut être que dans le futur, on pourra en faire quelques-unes gratuites en bar…

D’où cette importance capitale que le public nous suive !

Est-ce que la recherche de sponsors est obligatoire en terme de visibilité ?

Oui c’est primordial. Nous avons des partenaires relais, des blogs comme Midi Deux où un jeu-concours a été mis en place. On profite de la bonne ambiance générale entre associations, c’est très plaisant car on veut faire fonctionner les connaissances : on est tous dans la même course. Il n’y a pas de sponsors commerciaux, c’est juste du participatif. Mais au final on bosse dans l’urgence, la soirée approche (mercredi 11 avril, ndr) et nous voulons clairement être vus et compris, l’envie de communication est très présente.

Quand va se dérouler la prochaine soirée ?

La numéro 1 de Midweek est prévue le mercredi 11 avril 2012 (période de vacances scolaires).
En ce qui concerne le line up nous invitons donc 2 DJs reconnus qui sont Jef K (Silver Network), Le Loup (Hold Youth/Wolf+Lamb).
On fait revenir Le Loup à Rennes, un artiste qui est déjà venu il y a un petit moment lors d’une soirée Fake. Jef K, un vétéran de la deep house, parcourt inlassablement le globe et fait vibrer les danseurs avec ses sets House à l’electronique sexy et groovy.


Il ne faut surtout pas hésiter à venir, et surtout venir tôt : on attaque dès 21h !
Et c’est donc au Pym’s que ça va se passer.
Le warm up sera effectué par un local, Theo Muller (du collectif/blog Midi Deux).
L’ouverture des portes et de la billetterie se fera dès 21h, Daxxel (Karisma / We are the robots / Input Selector) sera là pour ambiancer les premiers arrivés.

Nous avons choisi de partir sur des tarifs bas (8€ en préventes et 10€ sur place) pour permettre au plus grands nombre d’avoir accès à nos soirées. Les places sont disponibles au Chantier, à la boutique OCB et au Select Shop.
Ajoutons que la direction du Pym’s a proposé de faire un effort conséquent sur le prix des boissons avant 01H00. En contrepartie, le vestiaire sera obligatoire au prix unique de 2€.
Donc, venez tôt!


Pour le plaisir, on fait la « Launching Party » de Midweek le Vendredi 6 avril au Combi Bar, de 19h à 1h, avec un beau plateau un peu plus techno.

http://www.facebook.com/events/190369727732870/

Une « Lauching party » sera organisé le 6 avril au Combi bar.
http://www.facebook.com/events/279989692075596/

Merci à l’équipe Midweek !

Interview réalisée par Maxime MENARD

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s