INTERVIEW w/ OPEN HOUSE



Ce mois-ci nous allons faire un point sur une institution de la nuit parisienne : OPEN HOUSE.

L’une des plus anciennes résidences de la capitale séduit toujours par son programme et sa capacité à fédérer un public à la fois connaisseur et curieux : elle est aujourd’hui installée au Showcase et déploie une atmosphère festive et chaleureuse.

Ayant célébré ses 15 années d’activisme le mois dernier, nous avons décidé d’interviewer un de ses directeurs artistiques : Lorenzo.

Salut Lorenzo, merci d’avoir accepté cette interview. Première question que j’ai envie de te poser, comment Open House est-elle arrivée sur la scène parisienne ?

Salut ! Merci de m’accorder une attention particulière pour Open House. Avant d’être ce qu’elle est aujourd’hui Open House était à la base une association qui s’appelait Art 226, elle a été créée en 1997. Le concept, c’était de proposer des soirées dans des endroits différents, ça pouvait très bien être dans des ateliers ou des lofts, des endroits vraiment atypiques mais avant tout intimistes. Le premier endroit que nous avons vraiment aimé s’appelait le Garage, c’était un ancien loft industriel situé dans le XIème, c’était un rêve d’aller là-bas. Le lieu était magnifique : il y avait une grande verrière, des poutres métalliques tout autour : nous avons fait moins d’une dizaine de soirées entre 1998 et 1999. Au tout début il y avait quelques centaines de personnes, puis le nombre a augmenté suivant les soirées. Paco, qui est un ami de longue date, en était le résident.

Donc les débuts se sont faits au Garage. Les soirées se sont-elles toujours déroulées à cet endroit ?

Du tout : on a ensuite fait trois soirées dans la salle Wagram sur les deux étages. C’était assez compliqué car le lieu en lui-même manquait de son, ça n’était pas optimisé pour accueillir nos soirées. Puis on est arrivés à l’Elysée Montmartre, la dernière s’est déroulée en 2009 avant que l’incendie se déclare. Au total, 9 ans de soirées telles que Open House, « Love Bizarre », « Finally » ou encore « A Night With ». On en a aussi fait l’été dans des lieux qui sortent vraiment de l’ordinaire comme « Good to be the King ».

Et maintenant Open House est au Showcase …

On est arrivés au Showcase en 2009 oui. Tiboz et Stephan, des amis de longue date qui sont actuellement les directeurs artistiques de l’établissement, y bossent depuis 2005. Ce qui me plaît dans cet endroit c’est sa configuration : il manquait un club où on pouvait offrir plus de services, dans une approche plus agréable pour la clientèle. Tu peux choisir de danser, de t’installer dans un canapé pour écouter la musique ou pour boire un verre ; il y a aussi un large choix de bouteilles pour ceux qui veulent. La salle est grande, c’est vraiment un beau club. Et depuis notre arrivée le Showcase a pas mal regagné en notoriété, c’est agréable. J’adore bosser pour le Showcase : le staff est génial, l’équipe est cool, tout le monde est content de bosser et c’est du positif pour tous, pour aller de l’avant. C’est super important.

Un beau club, une bonne équipe, de sérieux atouts pour Open House. Mais qu’en est-il au niveau de la programmation, comment gères-tu les plateaux ?

Pour ce qui concerne la programmation des DJs il faut garder le même esprit, il faut apporter la fête au public. Petite anecdote : je me souviens de l’arrivée de l’électro en France, je n’ai pas aimé ce style de musique car c’était un paysage musical chiant : quand tu organises des soirées avec une forte identité il ne faut pas tomber dans le côté mode, mais garder une âme. Donc pour le booking il faut forcément se tourner sur les artistes les plus côtés : ceux qui font le buzz sont forcément ceux que la clientèle souhaite écouter. J’aime rassembler avant tout les passionnés de musique, mais aussi des gens de divers horizons, à la fois des curieux et des gens qui aiment se divertir. J’aime quand c’est festif, quand il y a une bonne ambiance, avec des mélodies. Il ne faut pas se leurrer, la house est la petite sœur du disco, il faut donc rester dans ce côté happy et décrocher un peu de la réalité. Ca fait du bien d’être ailleurs le temps d’une soirée, on a tous besoin de ça.

C’est certain. L’ordre de passage des DJs est aussi à prendre en compte ?

Etablir un line-up est nécessaire : tu ne peux pas mettre un DJ techno pour le warm-up et un DJ house ensuite, ça serait totalement incohérent. L’ordre est important car l’ambiance de la soirée se construit au fur et à mesure de la nuit. En tout cas pour chaque Open House c’est Paco qui ouvre le bal pour assurer le warm-up.

Quelle est pour toi la force d’Open House ?

Même si beaucoup de grosses soirées se sont éteintes, fautes de publicité ou de manque de motivation, Open House a conservé son âme. Il faut juste ouvrir ses oreilles, regarder, évaluer avec le temps. Moi je suis passionné, passionné par la musique, passionné par les gens, il faut savoir donner de soi et s’ouvrir aux autres. J’ai du respect pour de nombreuses personnes, et je pense que pour ce type de métier il faut avant tout être humain. Je n’ai pas besoin de stagiaire pour répondre aux mails que je reçois, tout se fait naturellement.

Avec tout ce monde, tes relations sont-elles toujours au beau fixe ?

Il n’y a jamais de tension : on est tous potes, c’est une vraie famille. Tout le monde s’entend bien, autant les DJs que les promoteurs, les mauvaises relations n’existent pas. C’est très convivial, j’aime beaucoup ce côté relationnel où tu sais que tu vas passer une bonne soirée, tu dînes, tu discutes, tu vas au club, tu bois un coup, tu écoutes de la bonne musique, c’est quelque chose qui me tient à cœur.

Et nous aimons Open House pour ce côté convivial. Nouvel opus prochainement ?

La prochaine ça sera le 30 mars dans un registre techno ; il y aura Ben Klock, Clockworks et DVS1 D’ailleurs pour la petite info un gros guest viendra nous régaler en septembre. Sinon le 21 avril ça sera une sélection girly : Heidi, Ellen Alien, Molly et Camea, qui m’a beaucoup plu lors de son dernier passage à Paris.

Merci à toi et rendez-vous à la fin du mois …

Merci à vous

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s